Comment éviter le burn-out du travail ?

Le Burn-out est un concept psychologique récent. Il a été appelé ainsi pour la première fois en 1974 par le psychiatre américain Herbert Freudenberger dans un article intitulé « Staff burnout ». On en découvre pourtant les méfaits que très récemment. Notamment suite a l’affaire France Télécom qui avait dû se défendre face aux médias après plusieurs suicides de leurs employés.

Concrètement le burn-out qu’est-ce que c’est ?

Littéralement, ça se traduit par « se consumer, brûler de l’intérieur ». La cause de cela c’est le stress chronique caractéristique d’une société qui se veut toujours plus productive. Dans laquelle le rythme de vie ne cesse d’accélérer, et/ou hommes et femmes font face à une charge de travail en constante augmentation.

Contrairement aux idées reçues, le Burn-out n’est pas psychologique, mais physiologique, c’est-à-dire qu’il résulte d’une réaction du corps. Dans ce cas, la cause physiologique est le stress chronique (curent). En temps normal le stress est une réaction sans risque et tout à fait naturelle, qui permet de mettre le corps en alerte face à une situation de danger, une agression ou une urgence. Le problème mis en lumière par le burn-out c’est que le stress se manifeste aujourd’hui de manière chronique, car l’urgence est devenue un mode de vie. Le monde entier vit à 100 à l’heure. Malheureusement le corps n’est pas programmé pour suivre un tel rythme, il s’épuise et finit par nous le faire comprendre en agissant directement sur le moral.

Quelles en sont les conséquences ?

Ces épuisements peuvent avoir de graves conséquences sur la vie d’une personne. On note différents degrés de gravité, car le burn-out est un processus plutôt qu’un état « statique ». Les premiers symptômes ne sont souvent pas détectés par la personne elle-même ni même par son entourage car cela se manifeste dans un premier temps par une forte concentration sur son travaille, se rendre toujours disponible pour répondre même lors de son temps personnel, avoir un rythme effréné sans pour autant s’en rendre compte. Cela peut aussi bien mener au « pétage de plomb » du surmenage, comme à des réactions beaucoup plus graves comme je l’ai cité plus tôt.

Ce sont souvent des personnes très impliquées dans leurs travail qui sont les plus touchés. Ils se perdent dans leurs souhaits de travailler durement et de fournir un résultat qualitatif. Leur perfectionnisme les pousse à donner toujours plus de leurs personnes jusqu’à ne plus connaître leurs limites et s’épuiser psychologiquement et physiquement.

Car oui, le burn-out résulte d’une réaction physiologique, mais a pour conséquence de nombreux symptômes aussi bien morale, physique que physiologique : grande fatigue, troubles du sommeil, irritabilité, agressivité, ruminations, perte de concentration… comme pression respiratoire, maux de tête ou d’estomac… D’après la psychologue Catherine Vasey le symptôme qui peut vous mettre la puce à l’oreille c’est « Lorsque cette fatigue de fond ne passe pas avec les vacances et que l’accumulation de tensions et de stress reprend sitôt le retour au travail ».

Quelles sont les solutions possibles contre le Burn-out ?

Il est possible de s’en rendre compte et d’agir contre plutôt que de se laisser submerger. Un burn-out n’a rien d’irréversible même si ça peut profondément atteindre le moral d’une personne. La première chose à faire serait de consulter un médecin pour faire un bilan de santé, voir un psychologue si le processus est plus avancé.

La rédaction du Petit Shaman vous conseille, elle, de prendre des vacances, comme l’explique le très bon site Hurluberlu.fr dans son article des 20 conseils d’expert pour voyager mieux et partir loin pour se couper totalement des relations professionnelles. Tout le monde y a le droit même le plus bosseur d’entre nous. Se couper de son quotidien reste le meilleur moyen de se reposer.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*