Novak Djokovic ne veut plus des juges de ligne

Alors que le tournoi de Roland Garros bat son plein, Novak Djokovic, l’un des favoris de l’épreuve a jeté un véritable pavé dans la marre en dénonçant certaines capacités des juges de ligne présents lors de la compétition parisienne. En remettant totalement en cause leur intérêt, le numéro 1 mondial a relancé le débat de la présence de la technologie dans le tennis professionnel. Bien qu’existante, elle pourrait être bien plus présente sur les différents tournois des circuits ATP et WTA.

Prophète tennistique et humain clivant

Novak Djokovic est l’un des plus grands joueurs de tennis de l’histoire qui comporte une particularité très rare si nous le comparons aux autres hommes forts de sa génération, à savoir Roger Federer et Rafael Nadal. Le Serbe divise. Il fascine autant qu’il horripile.

Vu tantôt comme un joueur au grand cœur, puis décrié pour ses prises de position et ses déclarations trop souvent proclamées sous le coup de la colère. Sa dernière en date fait tâche dans un monde qui aime l’histoire et a du mal à s’adapter aux nouvelles normes du sport international. La côte de Nole est donc bouleversée. Mais celle pour sa victoire dans le tournoi ne varie pas, plus grand adversaire annoncé de Nadal, maître sur la terre battue parisienne, Djokovic jouit d’une belle côte et de grandes chances de remporter le tournoi. Il est donc temps de profiter d’une telle forme et d’un tel niveau de jeu pour que vous aussi, puissiez bénéficier d’un tel pari sportif en voyant le Serbe gagnant.

 Je ne vois pas pourquoi les tournois du monde entier, n’utiliseraient pas la technique que nous adoptons à Cincinnati ou à New-York. » déclarait-il à l’issue de son troisième tour disputé porte d’Auteuil. En cause, différentes décisions des juges de ligne, plus que nécessaires en terre parisienne puisque la technologie du Hawk eye, utilisée depuis 2002, n’est pas en vigueur. Quelques semaines après son exclusion de l’US Open pour avoir heurté une juge de ligne involontairement mais d’énervement, Djokovic devrait s’attirer une fois de plus les foudres d’une profession qui regroupe avant tout, des passionnés.

La technologie hawk eye permet la lecture des impacts des coups des tennismen lors d’une rencontre. Sur demande, ils peuvent challenger et donc remettre en cause, la décision d’un de ces fameux juges de ligne, suite à un point perdu lorsqu’ils ont un doute sur l’impact de balle. Cette technologie équipe tous les plus grands tournois du monde et offre trois possibilités d’utilisation à chaque joueur par set. Si le hawk eye n’est pas infaillible, on juge son degré d’erreur à moins de 3,6 millimètres. Il reste donc une valeur quasi sûre, surtout lorsqu’il est comparé à l’œil humain, incapable de faire preuve d’autant de précision lorsque les balles frôlent les 220 kilomètres/heure en service.


Cependant, tous les tournois en terre battue ne l’utilisent pas, au contraire des tournois disputés sur surface dure. Les impacts de balles restant très visibles sur l’ocre de cette surface, on a longtemps jugé une telle utilisation non-nécessaire. Les esprits changent à ce sujet et certains joueurs, poussent donc à l’acquisition de cette technologie par l’ensemble des tournois du circuit professionnel.

“Serena Williams at the US Open 2013” par Boss Tweed est sous licence CC BY 2.0 

Des technologies déjà utilisées dans le tennis mondial

Souvent réputé archaïque, le monde du tennis a déjà laissé place à de nombreuses technologies ces dernières années, notamment au profit du spectacle télévisuel. C’est ainsi que les Spider cam et plus récemment les Net cam, sont venues se greffer au panel à la disposition des réalisateurs télévisuels, donnant une excitation et le sentiment au téléspectateur, d’être au plus près du jeu.
Suite aux remarques de Djokovic, l’exemple le plus intéressant de l’arrivée d’une technologie est celle présente aujourd’hui au filet. Jugé bien trop dangereux, le placement d’un juge au ras du filet pour juger d’un éventuel service Let fut remplacé par un ordinateur indiquant à l’arbitre de chaise le cas échéant, la faute grâce à un signal sonore. Alors pouvons-nous imaginer une telle chose concernant les juges de ligne dans un futur proche ? Vous connaissez l’avis du numéro un mondial.

Source image : “Novak Djokovic” par y.caradec est sous licence CC BY-SA 2.0 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *