cannabis cerveau

Le cannabis ralentit le processus de vieillissement du cerveau

Comme tous les autres organes du corps, le cerveau vieillit et les performances de la mémoire diminuent avec l’âge. Conséquence, c’est l’ensemble de notre capacité cognitive qui décroit. On le remarque notamment lorsque l’on constate qu’il est plus difficile de retenir certaines choses ou de se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Ce processus, bien que normal, peut également conduire dans certains cas à l’apparition de syndrome, comme la démence. La recherche ne cesse de travailler sur comment ralentir ce processus.

Des chercheurs de l’université de Bonn en Allemagne associés à des chercheurs de l’université hébraïque de Jérusalem ont récemment fait une étonnante découverte. Les résultats ont d’ailleurs été publiés dans la revue scientifique Nature Medicine. En injectant sur une période de 4 semaines de faibles doses d’un composant actif du cannabis, le THC, à des souris âgées de 12 et 18 mois, celles-ci ont pu retrouver l’état de souris âgés de seulement deux mois.

Ils ont testé la capacité d’apprentissage et la performance de la mémoire, ainsi que leur capacité à s’orienter et à reconnaître d’autres souris. Les souris ayant reçu un traitement placebo ont affiché les problèmes d’apprentissage et de perte de mémoire liés à leur âge avancé. En revanche, les fonctions cognitives des animaux traités avec du cannabis étaient tout aussi bonnes que d’autres animaux témoins âgés de deux mois.

Retenons que c’est une faible dose de THC qui a été administrée afin qu’il n’y ait pas d’effet d’intoxication. En sachant que certains médicaments à base de graines de cannabis sont déjà utilisés dans le milieu de la médecine, notamment pour soulager les douleurs, cette nouvelle étape est importante dans la mission que se sont lancés les chercheurs, à savoir si oui ou non le THC peut renverser le processus de vieillissement du cerveau humain, et ainsi augmenter les capacités cognitives. Pour cela, ils souhaitent maintenant procéder à des essais cliniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*