Définition : Traduction en biologie

En biologie, la traduction est la phase de synthèse d’une chaîne polypeptidique par les ribosomes, à partir d’un brin ARNm. Elle s’effectue dans le cytoplasme des cellules.

Les acteurs les plus importants du processus sont l’ARN messager, l’ARN de transfert, l’acide aminé et le ribosome. Ce dernier interprète le message porté par l’ADN. On appelle code génétique la table de correspondance entre acides aminés et un triplet de nucléotides qui permet cette traduction.

Traduction génétique

La traduction génétique se déroule au niveau des ribosomes. La séquence de trois nucléotides, appelée aussi codon, est contenue dans l’ARN messager. Il est reconnu par l’anticodon de l’ARN de transfert. La molécule porte l’acide aminé correspondant.

À lire : Explication simple sur la théorie des cordes 

La traduction en biologie peut se diviser en trois grandes étapes :

  • le démarrage,
  • l’élongation,
  • la terminaison.

Le démarrage :

Le démarrage consiste entre autres à reconnaître le codon d’initiation ou premier codon. C’est une étape importante de l’expression des gènes. Il faut retenir que les détails du mécanisme de démarrage ne sont pas les mêmes chez les bactéries et les eucaryotes.


L’élongation :

Quant à l’élongation, il s’agit de la synthèse de la protéine par le ribosome depuis la séquence des codons.

La terminaison :

Concernant la terminaison, elle se produit quand celui-ci arrive sur le codon-stop qui marque l’arrêt de la traduction. Elle permet de libérer la chaîne protéique terminée. Elle donne également la possibilité de recycler des sous-unités du ribosome. On dit qu’il y a action des facteurs de terminaison lorsque le ribosome parvient à atteindre un codon-stop.

 

Notons qu’il est possible que l’ARN messager soit interprété par plusieurs ribosomes à la fois. Son éventuel endommagement peut bloquer la traduction. Cela se passe quand un codon de terminaison est prématuré ou lorsqu’il n’y en a pas tout simplement. D’où la production d’une protéine anormale, voire le blocage du ribosome. Divers mécanismes de surveillance de l’ARNm permettent d’y remédier.

Il faut aussi savoir que certains antibiotiques bloquent le tunnel de sortie du ribosome, l’étape de synthèse de la liaison peptidique, etc. D’autres interfèrent avec le décodage de l’information sur l’ARNm.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*