Le Design Thinking est-il mort ?

Le Design thinking est une méthode innovante ou manière de penser le Design en vue de transformer les idées et les projets en actions réelles et prototypes tangibles. Véritable outil de conception utilisé par les designers, le Design Thinking, permet de résoudre une problématique d’innovation. En tant que mode de pensée des designers, cette méthodologie s’adapte à tout type de projet ou activité. En effet, son processus de développement implique une synthèse permanente entre les compétences analytiques des ingénieurs et des professionnels du marketing, et les compétences intuitives des créatifs. Très populaire au sein des entreprises, le Design Thinking présente malgré tout des limites. Est-ce pour autant sa fin programmée ?

Le design thinking en trois étapes clés

design thinking

Le design thinking est une approche de l’innovation centrée sur l’humain. C’est une méthode ou un process de conception globale, centré sur l’utilisateur (ou l’humain), en vue de réaliser des services ou produits innovants. Cette méthode d’innovation a plus de 50 ans d’existence. Son processus peut se résumer en trois étapes clés suivantes :

  • Identifier une problématique et comprendre son environnement ;
  • Trouver le concept, l’idée qui permettra de la résoudre ;
  • Concevoir la forme qui incarnera ce concept.

Malgré une définition claire et simple difficile à formuler pour le design thinking, son mode d’approche quant à lui s’articule de manière tangible et concrète autour de 3 logiques bien distinctes, à savoir : 

      • Une logique de travail collaboratif et de co-création. Trouver les meilleures idées possibles suppose une meilleure collaboration entre les équipes de travail ;
      • Une symbiose à parfaire entre une méthodologie à suivre, un process à mettre en œuvre et un état d’esprit à réaliser. Soit une gymnastique intellectuelle alternant des phases d’intuition et d’analyse, pouvant mettre en valeur d’une part les usages des utilisateurs et d’autre part le tâtonnement et l’expérience par l’erreur ;
      • Une démarche d’observation de type ethnographique ou analyse de terrain visant à obtenir une vision claire et une compréhension pleine et entière des expériences utilisateurs.

 

Les grands principes du design thinking

https://www.slideshare.net/NewfluxUXBlog/good-morning-ux-3-grands-principes-du-design-thinking


Le design thinking, une fin programmée ?

Malgré sa popularité auprès des entreprises en quête de différenciation et pour cela, elles en font leur fer de lance, le design thinking présente pourtant des limites. Victime de son succès, le design thinking atteindrait-il ses limites ? La réussite ce méthode n’a pas manqué de faire l’objet de vives critiques souvent sévères. Alors que certains points de vue emboîtent le pas d’une vague sceptique à l’égard du design thinking, comme c’est le cas avec Natasha Jen’s par exemple, et son article un tant soit peu provocateur : « Le design thinking, nouveau souffle ou simple courant d’air ? », d’autres marquent davantage les limites et témoignent d’un certain manque à gagner. Autrement dit, pour Bruce Nussbaum, le design thinking semble ne plus être ce qu’il était au départ, il devient malheureusement un problème dépassé, voire même sous certains rapports « une expérience ratée ». Critique somme toute sévère, mais immanquablement réaliste ; c’est pourquoi, il en vient à proposer un nouveau cadre conceptuel au design thinking, qu’il nomme désormais : « intelligence créative ».

Mais pourquoi Bruce Nussbaum passe-t-il à un nouveau cadre conceptuel pour le design thinking ? Ce changement de paradigme semble faire écho à un constat de crise et de rupture pour lequel une alternative solide est à proposer pour en sortir. Selon lui, le design thinking a atteint ses propres limites, il a donné tout ce qu’il a pu donner et devient nuisible car sclérosant. Avec nouveau modèle d’« intelligence créative », le design thinking est mort, vive le design thinking !

Le Design thinking ne se réduit à pas à sa méthode à appliquer, on oublie parfois la part de créativité qu’il nécessite ; cette nouveauté ou ce petit plus qui entraîne une véritable remise en question des habitudes de conception. Cette nouvelle démarche de création compte tout autant que le process lui-même à suivre. Enfin ce qui compte vraiment, c’est de pouvoir retrouver une certaine volonté d’innover, de ré-inventer de nouvelles méthodes de travail davantage collaborative, davantage co-créatrice, plutôt que s’en tenir à une stricte application des principes du design thinking, aussi parfaite soit elle.

Pour aller plus loin, voir la formation au Design Thinking de l’agence Usabilis

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *