Pourquoi ai-je l’air d’une cruche quand je parle à un bébé ?

Pourquoi ai-je l’air d’une cruche quand je parle à un bébé ?

La différence de langage lorsqu’on parle à un bébé

Camille B, formatrice en Langue des Signes pour Bébé, nous raconte l'aventure d'être parents.

Ça faisait partie de mes bonnes résolutions de grossesse : jamais, au grand jamais, je ne prendrai cette voix niaise et horripilante de vieille tatie gâteuse quand je m’adresserai à mon enfant. Mais ça, c’était avant.

C’est une personne comme les autres, un adulte en devenir, et je ne voyais en aucun cas pourquoi je devrais le traiter avec moins de respect et de considération qu’une grande personne.

Puis ma fille est née et la vielle tatie gâteuse est venue prendre possession de moi. En l’espace de 5 minutes, je pouvais parler comme une cruche à ma fille et normalement à son papa. Franchement surprise, et un peu déroutée par ce comportement qui ne me ressemblait pas du tout, j’ai commencé à me renseigner sur le sujet.

Et devinez ce que j’ai trouvé ? C’est NOR-MAL !!! On est programmés pour ça, même les enfants le font naturellement. C’est un phénomène que l’on constate dans la majorité des langues et des cultures de la planète. Les spécialistes appellent ça le « mamanais », ou « motherese » pour les anglophones.

C’est une manière de parler bien particulière que l’on emploie lorsque l’on s’adresse à un très jeune enfant : on parle plus lentement, en utilisant un vocabulaire simplifié, et surtout en accentuant les voyelles et la mélodie de la langue.

Mais à quoi ça sert ? En fait, la mélodie de la langue – ou prosodie – est le premier élément du langage auquel un nouveau-né est sensible. Cette manière de parler va très vite lui permettre de distinguer les voyelles propres à sa langue maternelle (dès son premier mois), et prépare le terrain pour l’apprentissage du langage. Donc, chercher activement à ne pas parler mamanais, c’est aller à l’encontre d’un processus naturel.

De la même manière, il y a beaucoup de comportements que les jeunes parents connaissent et pratiquent quotidiennement qui sont en fait une adaptation directe au besoin fondamental de communication de leur enfant. On se met par exemple à chanter des comptines, à faire les marionnettes… on adopte une forme de communication gestuelle beaucoup plus développée que ce que l’on pouvait faire avant.

Un certain nombre de pédagogies alternatives se basent sur ces compétences naturelles pour accentuer leurs effets : l’éveil musical avec le chant, ou la Langue des Signes bébé avec les gestes.

Donc si on se moque de vous et de votre voix de cruche, vous pourrez toujours répondre « C’est normal, je parle mamanais ! » 😀

Rédaction Camille B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*