Stéphane Hessel mort le 27 Février 2013 hommage à l’indigné

Le plus célèbre des indignés s’est éteint

Ce vieillard au grand cœur, à l’intelligence remarquable, et aux pensées clairvoyantes a passé sa vie a combattre les opprimés « il serait mort au champ d’honneur pour quelque notes ».

stephane-hessel

C’est non seulement sa conviction, sa lucidité, et son amour pour la justice qui faut souligner mais également l’admiration qu’il a suscité de part ses engagements et son parcours. Mais le vieillard, dont il semblait qu’il fut devenu éternel, a cesser de « dansé avec le siècle » . L’occasion pour nous de revenir sur son opuscule « Indignez vous »!

Vendu à plus d’un million d’exemplaires, Indignez vous, du haut de ses vingt courtes pages, c’est le bouquin que presque tout le monde a eu entre les mains. Dans son essai, Stéphane Hessel appel à ne pas se résigner, à récuser les inégalités, a s’indigner contre notre société! C’est l’indignation qui est à la base de la résistance, et aujourd’hui, les raisons de s’indigner sont nombreuses même si elles ne sont pas aussi « tape à l »oeil » que sous le régime nazi.

Mais cherchez et vous trouverez : L’hégémonie de l’économie, la dictature de la finance, le traitement fait aux Roms, aux sans papiers, aux immigrés, l’écart entre les très riches et très pauvres qui se creuse, ect. En dehors de tout clivage politique, le message que fait passer le vieil homme, c’est celui du pacifisme et de la non violence dans l’indignation. Ses propos, étayés de quelques références philosophiques insistent également sur la pire des attitudes qu’est l’indifférence.

Ce curieux texte imprimé en gros caractère cherche à réintroduire des valeurs au sein de notre société. Il incite a nous questionner sur la morale de la microéconomie française, et sur notre vision du monde et de l’humanité en générale. Indignez vous se fait presque l’écho d’un Gandhi moderne, fessant l’apologie du pacifisme et de la non violence.

Bref, Indignez vous, on aime pour la beauté des mots, la compilation de bons sentiments et la personnalité de son auteur mais on reste modéré car si l’auteur a réussi à cristalliser le malaise de la société, on stagne trop au stade de la critique, sans réelles propositions pour l’avenir et sans vraies analyses approfondies.

Par Marie, P.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*