Gigi slow fashion

Gigi Slow Fashion : la petite marque trend bohème à découvrir !

Gigi slow fashion

Alors que le monde de la mode classique s’enferme dans une classification aseptisée, il est bon de découvrir de petits créateurs engagés et respectueux de leurs produits, comme c’est le cas de la marque Gigi Slow Fashion, créatrice trend bohème.

Yes, quel plaisir de sortir du lot quelques petites perles rares du genre de Gigi Slow Fashion ! Tout d’abord, on adore incontestablement son engagement pour une mode de qualité avec des collections intemporelles, marqué d’une véritable identité assumée et unique.

La valorisation des matières et les techniques de production sont en adéquation avec sa créatrice. Le respect pour l’environnement et les conditions de travail responsable sont les maîtres mots de cette créatrice pas comme les autres. Son univers coloré et décontracté nous plonge direct dans le monde de « Gigi », et il est très confortable !

Rencontre avec la créatrice de la marque :

Gigi slow fashion

  • Depuis quand t’es-tu lancé dans l’aventure de Gigi slow fashion ?

Cela fait plus d’un an maintenant, mais l’idée a mis un an à germer à se faire. J’ai commencé à être dans cette démarche humaine & responsable lors de mon stage que j’ai pu faire au Guatemala dans l’association avec laquelle je collabore maintenant, ce qui m’a permis d’établir des liens affectifs et aussi professionnels au Guatemala.

  • Quelles sont tes méthodes pour chacune de tes créations ?

Mes créations sont dessinées en France, mais toutes les autres étapes sont faites au Guatemala, du patronage à la teinture, du tissage à l’assemblage. Les teintures sont faites à base de fruits, d’écorces, de plantes à partir des techniques antiques maya. Ces matières sont traitées dans des fermes, des manufactures à proximité de l’association, qui est la plateforme principale.

Les textiles sont tous tissés à la main c-à-d soit au métier à pédales ancestrales pour les textiles unies ou bicolores soit au métier à ceinture pour les textiles à motifs colorés. Ensuite l’assemblage est fait au sein de l’association dans un atelier où les artisanes font le patronage, l’assemblage et les fournitures (pompons, broderie…), mais ce que je veux transmettre particulièrement à travers mon travail c’est de raconter des histoires celui du produit, mais aussi ceux qui le construisent, le fabrique, car il passe de main en main pour être manufacturé.

Et cette histoire est à mes yeux très importants, elle parle des femmes, de l’environnement et aussi de la matière. Le vêtement transmet alors des sentiments, des histoires propres à chacune des artisanes participant à sa construction.  

Où puises-tu l’inspiration ?

L’inspiration est un peu partout, j’aime quand c’est coloré, décalé, je suis assez contemplative du coup tout est source d’inspiration, particulièrement les textiles et savoir-vivre et savoir-faire des cultures orientales et latines. J’aime créer des mélanges multiculturels, intemporels ; où les influences ethniques sont le moteur, l’inspirateur et l’origine de mes créations.

Si on souhaite se procurer l’une de tes créations, où pouvons-nous les retrouver ?

Je suis, actuellement, en boutique à l’armoire à Glace à Chambéry et dans le Truck de Charlotte qui circule sur les routes de la Côte d’Azur, mais Gigi va bientôt grandir et s’attaquer à d’autres villes comme Toulouse, Paris, Lyon… Grâce à la nouvelle collection qui sortira du Guatemala en avril/mai.

À retrouver également :

# Le shop en ligne
# Sur Facebook
# Sur Instagram
# Et sur le site Gigi Slow Fashion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*