Le silence médiatique face aux massacres en Egypte

Le massacre en Égypte continue…

La tension monte en Égypte et les attentats se multiplient à l’approche de la présidentielle qui aura lieu les 26 et 27 mai prochain.

egypte

Les massacres en Égypte :

Depuis quelques mois, des groupes djihadistes sont à l’origine d’une vague d’attentats qui cible les forces de l’ordre. Ces attaques, qui ont fait des centaines de morts au sein des forces de sécurité, sont revendiquées par les djihadistes qui disent agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue sur les partisans de Mohamed Morsi depuis sa destitution en juillet dernier.

En effet, policier et soldats répriment aujourd’hui les « pro Morsi » au moyen d’arrestation et de condamnations expéditives. Depuis la destitution de l’ex-président, les Frères musulmans de Morsi ont été déclaré terroristes, leurs membres ont interdiction de se présenter aux élections et leurs dirigeants sont presque tous en prison et encourent la peine de mort. La campagne d’Abdel Fattah al Sissi, candidat aux présidentielles données gagnant par avance, a déjà fait plus de 1500 morts. Un massacre tu par les médias…

Le silence médiatique :

Effectivement, il est étonnant que seuls quelques États s’offusquent de cette sinistre situation et il est choquant que les autres ne la condamnent pas. L’Égypte, dont on saluait le courage en 2011 via le tournant du printemps arabe est revenu aux années de la dictature.

massacre égypte

La démocratie n’a aucune importance, ce qui compte, c’est que ce qui gouverne soit du même bord afin que l’opposition soit muselée. Si le peuple égyptien est aujourd’hui entre les mains d’un Général brutal et sans gloire dont les décisions sont souvent imposées et aberrante, il est fort à parier que les frères musulmans se seraient comportés de la même façon si l’armée n’avait pas pris le pouvoir.

L’Égypte est clivée  entre dictature militaire et dictature religieuse. On assiste à une lutte à mort où chacun défend ses positions à l’extrême refusant tout consensus ou compromis.  Il en résulte un chaos sans précédent et la lutte est loin d’être terminée pour les Egyptiens s’ils veulent éviter de voir leur pays faire un grand pas en arrière.

1 comment

  1. VPiv

    Sujet très sérieux, très bien traité, j’ai appris beaucoup de choses.

    Le sujet est peut-être trop polémique pour être traité par les médias..?

    Merci BeYourself !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*