pénurie de carburant en France

Course au carburant : Quand la panique crée la pénurie d’essence

La panique fasse aux risques d’une pénurie totale d’essence en France à créé un phénomène de « Fuel Run », qui s’est rendu victime lui-même de la pénurie de carburant en cours. C’est une véritable course au carburant qui est en train de se mettre en place dans toute la France.

On note actuellement tout de même 20% des stations-service touchées totalement par la pénurie. Malgré les tentatives du secrétaire d’État aux Transports, de rassurer les Français sur les risques de la pénurie dut à la mobilisation sur la loi du travail.

Le Fuel Run c’est autocréé depuis l’annonce du problème dans les médias. En effet, les Français se ruent vers les stations-service par peur de manquer de carburant.

la pénurie de carburant en France

Cette peur « quelque peu artificielle » est alimentée par les médias (journaux, TV, Radio, etc) qui informent avec le meilleur des plaisirs la nouvelle des blocages des raffineries. Ceci augmente le sentiment d’urgence.

C’est tout d’abord, les petits vieux et puis les stressés qui ont les 2/3 de leurs pleins d’essence qui se jettent sur les stations afin d’être assurés de pouvoir faire leurs balades du dimanche. Puis le phénomène prend doucement de l’ampleur, à voir la queue aux pompes on commence à se demander si cela n’est pas réellement en train d’arriver, puis le cercle vicieux s’installe doucement.

À l’heure où les blocages persistent, les gens se pressent à des stations qui connaîtront donc fatalement un risque grandissant de difficulté d’approvisionnement à cause de cette affluence. Bien qu’habituellement elle aurait résisté à ce même blocus.

En bref, la population crée elle-même une pénurie de carburant qu’elle aurait pu éviter en continuant de consommer normalement.

Le « Bank Run », la même situation avec les banques ?

L’expression « fuel run » s’inspire de l’expression « bank run ». Le bank run en français panique bancaire ou encore une course aux guichets, fait frémir les banques. Il s’agit de l’arrivée massive de clients d’une banque pour lui reprendre toutes ses économies. Cela peut faire suite à une annonce de faillite d’une banque par exemple.

Un exemple notable de « bank run » pourrait être l’afflux de Chypriotes dans les banques et vers les distributeurs après que le gouvernement ait annoncé une taxe de 6,75 % à 10 % sur les dépôts de banques en 2013.

En juin 2015, il n’avait fallu qu’une semaine aux Grecs pour retirer pas moins de 3 milliards d’euros des banques afin d’anticiper un possible contrôle des capitaux. L’exemple de la Grèce est aussi très illustrateur du phénomène. On décrit souvent ce phénomène en lui conférant un caractère de prophétie auto réalisatrice en ce sens que les comportements sont modifiés à tel point que la prophétie qui est crainte devient réalité.

En tout cas, on remarque que la CGT lorsqu’il faut écouter l’opinion publique n’est pas vraiment mieux que nos politiques, en obligeant la France entière à être paralysée par leurs blocus de contestation !

Inspiré par CityZen Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*